Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

Chevalier du Néant

    
Rédigé par Eolan
Publié le 22 janvier 2011 à 09:56
Dernière mise à jour le 04 février 2013 à 23:11
Sommaire

Présentation

Chevalier du Néant
Le Chevalier du Néant est un guerrier voué à combattre les magies ennemies. Protégé par ses pactes, il peut réduire à néant les attaques et affaiblissements magiques qui lui sont adressés ou les renvoyer à leurs lanceurs. Drainant les énergies magiques, ses pactes lui permettent de lancer de redoutables contre-attaques destinées à écraser tout mage assez fou pour oser s'attaquer à lui. Cette capacité a repousser les magies offensives a cependant une faiblesse de taille. Ses techniques d'anti-magie ne sauront pas protéger le Chevalier du Néant des assauts physiques et des armes traditionnelles, en plus de le priver de la source lui permettant de lancer ses contre-attaques.

Arbre d'Âme

Histoire du Chevalier de la Mort


Chevalier du Néant
La porte de la chaumière s'ouvrit avec fracas et les trois vieilles femmes, ratatinées par le poids des ans, se répandirent en cris de douleur aigus. Un robuste Nain guerrier se tenait à l'entrée, sa silhouette massive, découpée par l'astre solaire, laissait filtrer de larges rayons ambrés qui embrasèrent la chair flétrie des vieillardes.
« Jetez à terre vos objets sacrificiels, bande de mégères perfides ! », dit Rasmolov, le Chevalier du Néant. « Votre dévotion malsaine pour l'ancienne magie draconique ne vous sera désormais plus d'aucun recours. »
« Imbécile ! », cria la plus vieille des sœurs. « Tu oses interrompre un rituel d'Estrode ? »
« Misérable vermine ! », siffla la cadette, et d'un geste de la main, elle fit rétrécir Rasmolov jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'un petit écureuil hirsute à la queue touffue.
« Nous allons te manger en ragoût ! » La benjamine passa sa langue râpeuse sur ses lèvres gercées et se pencha pour saisir l'écureuil qui se tenait non loin d'elle. Mais avant qu'elle n'ait pu l'attraper, le rongeur tira sur son menton velu qui se transforma aussitôt en une barbe et, dans un sursaut d'énergie, c'est un nain furieux qui se dressait maintenant devant les trois sorcières. « Un briseur de charme ! », hurla la plus jeune des mégères tandis que la hache de Rasmolov s'enfonçait profondément dans sa poitrine.
« Mes sœurs, nous devons fuir… » son cri d'alarme s'éteignit alors qu'une bourrasque d'air se précipita hors de la pièce, laissant les trois sorcières sans voix.
Rasmolov agita sa hache furieusement. Dans une tentative désespérée pour s'échapper, les trois sœurs en vinrent à griffer les murs de tourbe. Les deux aînées parvinrent à se frayer un passage puis, se retournant en un seul mouvement, elles découvrirent horrifiées Rasmolov s'emparer de leur jeune sœur. La benjamine, hurlante, finit par s'embraser quelques instants plus tard en une gerbe de flammèches violacées, attisées par les fluides maléfiques qui s'échappaient des orifices de son visage. Le regard du Chevalier du Néant se tourna alors vers les fuyardes.
« Le cercle est brisé ! », gémit l'aînée.
« Il va payer pour son geste !», éructa la nouvelle benjamine.
Chevalier du Néant
Elles déchainèrent alors sur Rasmolov toute la puissante de leurs pouvoirs conjugués tandis que le Nain se contentait de les observer, haussant les épaules comme s'il s'agissait d'un simple couple d'apprenties maladroites. Puis il s'avança vers l'aînée, libérant la fureur de l'un de ses pactes qui commença aussitôt à dévorer l'âme de la sorcière. Celle-ci sentit son pouvoir la quitter et, l'espace d'un court instant, s'affala sur le sol, vidée telle une outre asséchée. La hache du Nain brillait d'une ferme résolution.
« Mon pouvoir...», couina-t-elle dans un souffle presque éteint.
« Juste ici ! », rugit Rasmolov alors qu'il abattit puissamment sa hache sur le corps inerte de la sorcière. Chacun des sorts qu'il avait réussi à repousser lui procura un peu plus de l'énergie maléfique des trois magiciennes. Il parvint ainsi à sceller un pacte magique, métamorphosant l'énergie des sortilèges en une force terrible qu'il laissa s'abattre sur sa victime immobile.
Rasmolov avait appris à combattre les lanceurs de sorts suite à la disparition de sa fille, sacrifiée sur l'autel d'Akylios. Et bien que le massacre qu'il était en train d'accomplir ne lui ramènerait jamais la chair de sa chair, il pouvait au moins faire justice contre celles et ceux qui entretenaient leur art maléfique grâce au sang et aux larmes de leurs innocentes victimes.
« Et maintenant, misérable sorcière », dit-il en se tournant vers la dernière des sœurs, « vas-tu te rendre bien sagement ou devrais-je te réduire au silence par les mêmes moyens ? »
Elle fit alors ce que toute sorcière réduite à l'impuissance ferait face à un guerrier menaçant : elle s'enfuit du plus vite qu'elle le pût, sans un mot. Rasmolov était déterminé, un nouveau sort prêt à être lancé. Il la rattrapa, la ramena brusquement à lui, entraînant à travers les plans le corps raidi par la peur de la magicienne.
Sa hache entailla profondément le corps de la sorcière, entravant ses vaines tentatives de vengeance et aspirant ses pouvoirs à travers chaque entaille avant de les retourner contre celle-ci. Tandis que la vie s'écoulait de son être, elle parvint, rassemblant ses dernières énergies, à lui lancer un ultime et terrible sort qui roula contre les épaules du Nain, produisant d'effrayants grésillements.
Rasmolov essuya sa hache sur le revers de la robe de la magicienne qui baignait dans son sang noirâtre. « Méprisables sorcières », murmura-t-il se dirigeant hors de la chaumière.


Source de l'article :
1|2|3|4|5|6|7|8|9|10